samedi 3 avril 2010

Critique : Et Camélia Jordana nous (en)chanta


Son minois, sa voix mais surtout ses lunettes improbables avaient fait de Camélia Jordana, la révélation de la dernière édition de la Nouvelle Star. Un an après son élimination, la jeune chanteuse de 17 ans sort cette semaine son premier album éponyme. Pour ses débuts la chanteuse s’est entourée de la crème des auteurs indépendants de la chanson Française. De Babx à Séverin en passant par Mathieu Boogaerts le résultat est saisissant. L’album s’annonce déjà comme la véritable surprise musicale de ce printemps.


À l’image de l’excellent premier single « Non Non Non (écouter Barbara) », ce premier opus chic et soigné navigue entre plusieurs univers musicaux. Du Twist, un peu de folk, de la variété française et même une dose de sixties, il se dégage de cet album comme une impression de douceur et de nostalgie.  Une atmosphère intimisite aussi. Sur treize titres (quinze pour l’édition collector), Camélia Jordana s’amuse et nous enchante. La jeune lycéenne n’en reste pas moins bourrée de doutes. Sur le très bon, « J’étais une fille », elle se livre sans concession sur son adolescence. "J'étais une fille un peu sinistre, du genre que les mômes n'aiment pas" chante l'artiste. Incontestablement, une des plus belles chansons de l’album. Au détour d’un titre, « Lettera », difficile de ne pas repenser à l’épopée cathodique de la jeune fille. « Ça y est le public a voté (… ) Mademoiselle, vous êtes vivante, bravo, mais vous êtes virée » susurre la jeune femme.

À 17 ans, Camélia Jordana fait déjà preuve d’une rare maturité pour son âge. La jeune lycéenne n’en reste pas moins une adolescente (presque) comme les autres. Sur plusieurs titres, la chanteuse se révèle tour à tour espiègle (« Moi C’est »), nostalgique (« Diva »), triste (« Tombée de haut ») et attachante (« Calamity Jane »). Comme une amie qu’on a l’impression de connaître depuis des années, Camélia Jordana se dévoile sans pudeur et sans retenue. La jeune femme n’a besoin d’aucun artifice pour cela. Sa voix chaude, entre soul et blues fait des merveilles.

Au final, ce premier opus est une vraie réussite. Loin du formatage musical instauré par les maisons de disque, la jeune chanteuse livre un album qui lui colle à la peu. Élégant et parfaitement réalisé, « Camélia Jordana » est déjà pour nous, l’un des meilleurs albums du Printemps. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bande-annonce du film, publicité, invitation... C'est vous qui décidez ! BlogBang