jeudi 3 juin 2010

Critique : Sex & The City 2 : Fun, Fun, Fun

« Girls Just Wanna Have Fun ». Deux ans après le passage réussi de Sex & The City du petit au grand-écran, les quatre New-Yorkaises sont de retour. Réalisé et écrit par Michael Patrick King (à la tête du premier opus également) Sex & The City 2 devrait sans aucune hésitation ravir les fans de la série. De l’humour, de l’amour, des répliques cultes, des robes invraisemblables et des paysages de rêves, le film en met plein la vue pendant plus de 2 heures 20. Résultat ? On en redemande.

Merci Michael Patrick King

Sex & The City 2 est un film à part. On aime ou on déteste. En 2008, le premier volet avait surpris la planète entière par son penchant dramatique. Ce deuxième opus fait marche arrière et privilégie l’humour. Au final, Sex & The City 2 est une comédie américaine de haute voltige, drôle, hilarante et irrévérencieuse. Sublimé par une réalisation soignée et intelligente, le film est une vraie réussite. Les répliques cultes s’enchainent. Les décors paradisiaques aussi. Pour 100 millions de dollars, Michael Patrick King livre un film efficace, rythmé et divertissant. À chaque plan, à chaque séquence, aucun doute n’est permis. Sex & The City 2 est plus qu’un film pour son auteur/réalisateur. Et on le comprend ! Depuis 1998, l’homme ne vit que pour la série. Simple scénariste au début du programme, Michael Patrick King passera derrière la caméra lors de ses deux dernières saisons. Et les filles peuvent lui dire merci. L’amour que le réalisateur porte à ces quatre actrices transpire à l’écran. Même si en douze ans, Sarah Jessica Parker et ses copines ont pris un (petit) coup de vieux, le film leur offre une nouvelle fois, l’occasion de briller par leur glamour et leur sex-appeal. Outre ses dialogues, la force du film réside dans l’attachement du public pour les quatre personnages féminins. Depuis plus d’une décennie, Carrie, Charlotte, Miranda et Samantha font parties de la vie de millions de (télé)spectateurs. Heureux de retrouver ses quatre meilleures amies (la scène d’introduction est parfaite) le public ne peut que céder à la tentation. On rit, on pleure et le pire, c’est qu’on aime ça. Pour autant, le film n’est pas parfait !


Trop bling-bling !


Plusieurs critiques peuvent être apportées. La première : l’argent. Depuis son passage sur grand-écran, Sex & The City ne lésine pas sur le bling-bling. Décors de rêves et robes extraordinaires (8 millions de dollars pour habiller les 4 actrices principales) se chevauchent dans ce second volet un peu trop tape à l’œil. Comble du luxe : Le voyage à Abu Dhabi au Maroc. De l’avion à l’hôtel en passant par les voitures ou les décors féeriques, Sex & The City 2 ressemblerait presque à une publicité pour une agence de voyage. Dans les premières saisons de la série d’HBO, Carrie avait parfois quelques difficultés à joindre les deux bouts. Oubliez ça tout de suite ! La New-Yorkaire refuse désormais de se faire livrer plus de deux fois par semaine. Autre point négatif : New-York. Si à l’origine, les quatre filles sont les héroïnes du projet, un cinquième élèment a été prépondérant au succès du programme. Son lieu.  Malheureusement, les fans de la ville qui ne dort jamais resteront sur leur faim. New-York devient un personnage secondaire qu’on aurait aimé retrouver un peu plus souvent. Dommage donc que plus de la moitié du film se déroule en dehors de la célèbre ville américaine. Troisième (et dernier) point subversif : L’image de la religion. Attention, les Américaines débarquent au Moyen-Orient. Le succès de Sex & The City est en parti dû aux sujets de société que la série à su traiter au fil de ses 94 épisodes. Après le mariage gay ou la place des femmes dans la société, Michael Patrick King se penche ici (avec quelques raccourcis) sur la question de la religion au Moyen-Orient. Au final, si le film traite de la burqa ou du niqab avec humour et impertinence, certains dialoguent frôlent parfois la limite du respectable.

Sex & The City 2 est un excellent divertissement. Les fans de la série seront comblés de retrouver Carrie, Charlotte, Miranda et Samantha pour de nouvelles aventures. Les autres se détendront en découvrant un film drôle, frais et bourré de répliques cultes. Au final, une chanson caractérise à merveille Sex & The City 2 :« Girls Just Wanna Have Fun » de Cindy Lauper. Merci les filles !


Note :



1 commentaire:

  1. je trouve ses commentaires très pertinent. J'ai été particulièrement déçu que New York ne soit pas mis en avant comme il l'était dans la série.
    Concernant la question de la religion, j'ai été très surpris de voir un film "grand public" (et américain) aborder ce sujet pour le moins sulfureux.
    Le film reste très plaisant à regarder (en particulier pour les fans de la série); je pense en effet que si on n'a pas suivi la série, on peut avoir du mal a comprendre!

    RépondreSupprimer

Bande-annonce du film, publicité, invitation... C'est vous qui décidez ! BlogBang