lundi 3 août 2009

Critique : "Là-haut" : Un nouveau chef d'oeuvre signé ... Pixar

Il y avait « Toy Story », « Nemo » et le tout récent « Wall-E », il y a désormais « Là-Haut » ! Pixar peut déjà noter dans la (très) longue liste de ses « chef d’œuvre » son époustouflant nouveau film d’animation. Si dans les années 90’, Disney connaissait ses heures de gloire avec des productions comme « Aladin », « Le Roi Lion » ou « Tarzan », les studios Pixar ont depuis surpassé leur principal concurrent grâce à trois ingrédients clefs ; « la créativité », « l’innovation » et « l’audace ».


En 2008, Pixar enchantait la planète avec le prodigieux « Wall-E », en 2009, les studios confirment leur main mise sur le cinéma d’animation grâce à « Là-haut », une réussite de bout en bout, une véritable claque cinématographique ! Si « Wall-E » avait atteint la perfection pendant ses 30 premières minutes (avant de retomber dans un schéma narratif plus classique), « Là-Haut » hypnotise le public de sa première à sa dernière image.


Accessible en 3D dans tous les bons cinémas de France, cette aventure extraordinaire bluffe tout d’abord par la qualité de ses images avant de mettre tout le monde d’accord grâce à une osmose parfaite entre « film pour enfants » et « chef d’œuvre d’un genre nouveau ».


On savait les studios Pixar bourrés d’audace, cette nouvelle réalisation le prouve amplement. Après avoir offert les rôles titres de ses productions à un poisson (« Nemo »), à des voitures (« Cars ») ou à un petit robot (« Wall-E »), c’est au tour d’un septuagénaire de devenir le nouveau personnage principal d’un film signé Pixar. Carl Fredericksen, un vieil homme aigri décide, à la mort de sa femme, de réaliser son rêve, allait vivre sur la « colline du Paradis ». Un beau matin, le grand-père accroche des milliers de ballons à sa maison et s’envole en solitaire pour le voyage de sa vie. C’est en tout cas ce que l'homme de 78 ans croit ! En effet, Russell, un petit scoot de 9ans va s’inviter (sans le vouloir) dans cette expédition qui restera pour les deux personnages, inoubliable !


Après une séquence introductive qui frôle la perfection et qui emmène le public du rire aux larmes, « Là-haut » trouve son rythme de croisière. Entre ce vieil homme ronchon et ce petit bonhomme plein d’entrains, l’affrontement va finalement faire naître une amitié solide sous les yeux médusés des spectateurs. De la beauté du scénario à la justesse des dialogues, « Là-haut » ne rend personne indifférent. Toujours sur la brèche entre humour et émotion, cette histoire fantastique désarmera les plus insensibles d’entres vous.


Bien évidement, « Là-haut » à ses défauts. Parfois un peu facile, le scénario voit le rythme du film se ralentir (un petit peu) lorsque l’on comprend que les producteurs n’ont eu le choix de créer une intrigue secondaire inutile pour ne pas perdre le jeune public en route.


« Là-haut » reste un très grand film ! On rigole, on pleure, on est touchés ! Une fois de plus, les studios Pixar ont montré qu’ils étaient les maîtres incontestables (et incontestés) du cinéma d’animation. En tout cas, c’est certains, ils nous ont encore emmenés, très « haut » !


Note :




1 commentaire:

  1. J'attendais la critique. Merci :)
    Tu l'as vu en 3D toi?

    RépondreSupprimer

Bande-annonce du film, publicité, invitation... C'est vous qui décidez ! BlogBang