lundi 8 juin 2009

Elections Européennes : l'UMP et Europe-Ecologie ont tué le PS et le MODEM

A Voté ! Les Européens étaient appelés à désigner ce dimanche les nouveaux eurodéputés du Parlement Européen. Si le scrutin restera marqué par une abstention historique, 59,4% des français ne se sont pas déplacés dans leur bureau de vote, c’est la victoire de l’UMP et d’Europe Ecologie qui restera le fait marquant de cette élection 2009. La déconfiture du PS emmené par Martine Aubry et l’effondrement du MODEM de François Bayrou resteront également un symbole de ces élections européennes.

Avec 27,87% des suffrages, l’UMP, le parti du Président de la République, Nicolas Sarkozy est sorti grand vainqueur de cette élection proportionnelle à un tour. Le parti de droite qui espérait ne pas descendre sous la barre des 25% a donc donné une leçon de politique à ses adversaires dans une campagne qui n’a pas intéressé les Français. Si les têtes d’affiches de l’Union pour le Mouvement Populaire ont souligné hier soir «le très bon résultat » de leur parti, il faut quand même atténuer leur discours en comparant le score de 2009 avec celui de l’ancienne élection datant de 2004. En 2004, le parti majoritaire de droite n’avait recueilli « que » 16,6% des voix, ce qui lui avait permis de ne décrocher que 18 sièges au Parlement Européen. A cette époque, l’UMP devait affronter l’UDF emmené par François Bayrou. Le parti de centre-droite avait alors raflé 11,9% des suffrages. Depuis, François Bayrou a quitté l’UDF pour créer le MODEM et les hommes politiques de l’UDF ont construit « Le Nouveau Centre ». Porté entre autres par le ministre de la Défense, Hervé Morin, ce nouveau parti politique a décidé de faire campagne avec l’UMP pour les élections 2009. Dans ce cas de figure, si l’on additionne le score de l’UMP et de l’UDF en 2004, les deux partis avaient récolté plus de 27,5% des voix soit 0,3% de moins que les résultats de l’UMP hier soir. Victoire écrasante de la majorité ? Peut-être pas…

L’Incroyable Percée d’Europe-Ecologie

Le grand gagnant de ces élections européennes s’appelle… Europe-Ecologie ! Le mouvement emmené par Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly ou encore José Bové a séduit plus de 16,28% des électeurs. Porté par un l’engouement de la population pour le développement durable, Europe-Ecologie a surpris tout le monde en arrivant en troisième position de ce scrutin. En 2004, « Les Verts » n’avait récolté que 7,4% des suffrages. En 2009, le mouvement a donc connu une percée impressionnante et aura 14 représentants au Parlement Européen dans les semaines à venir. En 2004, « Les Verts » français n’étaient que 6 dans l’hémicycle. La liste emmenée par Daniel Cohn-Bendit a même dépassé le Parti Socialiste en Île de France, puisque dans cette région, Europe-Ecologie a séduit plus de 20,83% des votants contre seulement 13,57% pour la liste PS emmenée par Harlem Désir. Les grands perdants de la soirée électorale (Le MODEM et le FN) ont tenu tout de même à dénoncer la diffusion du documentaire de Yann Arthus-Bertrand, « HOME », vendredi soir sur France 2. Pour Jean-Marie Le Pen, cette programmation a poussé les français à voter pour Europe-Ecologie.




Si l’UMP et Europe-Ecologie ont pu sortir le Champagne hier soir, le PS a littéralement « sombré » lors de ces élections. Avec 16,48% des suffrages, la formation de Martine Aubry a subi un revers cuisant et ne pourra compter que sur 14 représentants socialistes au Parlement Européen. Si le score cumulé de tous les partis de gauche est convaincant, le Parti Socialiste divisé depuis le Congrès de Reims paye son manque de solidarité. En 2004, le parti de gauche avait convaincu plus de 28,9% des électeurs français. Le PS s’est donc pris une grosse claque hier soir et la première secrétaire du Parti, Martine Aubry devra réagir très vite pour ne pas voir sa légitimité au sein du parti remise en cause. Le symbole de la chute du PS provient de la liste d’Île-de-France. En effet, la liste PS n’a réuni que 13,57% des français et n’a pas permis à Benoît Hamon, le porte parole du Parti de gauche de renouveler son mandat d’eurodéputé. Après l’échec de la présidentielle 2007, le Parti Socialiste a subi hier une nouvelle défaite cuisante. Si les élections européennes n’auront pas séduit les français, elles auront au moins eu le méritent de secouer la classe politique française. Martine Aubry a annoncé hier soir qu’elle « prenait sa responsabilité » de l’échec du Parti.

François Bayrou battu

L’autre grand perdant de ces élections européennes se nomme … François Bayrou. Le troisième homme de la présidentielle 2007 a vu son score s’effondrer hier soir et les listes MODEM n’ont séduit « que » 8,45% des électeurs. En 2004, l’UDF avait obtenu 11,96% des suffrages, François Bayrou subit donc son premier échec électoral depuis la création de son parti. Si l’homme politique qui espérait talonner le PS en vue de la Présidence 2012 n’a pas caché sa « déception » hier soir son clash en direct jeudi soir sur France 2 avec le leader d’Europe-Ecologie, Daniel Cohn-Bendit est certainement une explication du faible score du Modem. Le « Tout sauf Sarkozy » qui avait déjà eu lieu lors de la campagne présidentielle de 2007 a également pris une claque puisque le MODEM et le PS ont subi une élection très difficile hier !


Le Front National de Jean-Marie Le Pen est arrivé en cinquième position avec 6,34% des voix mais le parti d’extrême droite est en baisse par rapport aux élections 2009. Le FN avait récolté 9,8% des suffrages ce qui lui avait permis d’emmener 7 eurodéputés (contre 3 en 2009) à Bruxelles et à Strasbourg.

Le Front de Gauche emmené par l’ex-PS, Jean-Luc Mélenchon, a convaincu 6,0% soit une hausse de 0,2% des suffrages par rapport à 2004 pour le « Parti Communiste de France ». Le parti repart avec 4 sièges au Parlement Européen soit un siège de plus qu’en 2004.
Le Nouveau Parti Anticapitaliste d’Olivier Besancenot a déçu hier en ne dépassant pas les 4,9% des suffrages exprimés pour sa première élection. Notons tout de même que le score de l’ex-porte parole de la LCR est meilleur que lors des élections présidentielles de 2002 et 2007.





Vague Bleue en Europe

Si la France a permis à l’UMP de sortir « Grande Gagnante » de ces élections européennes 2009, la droite s’est imposée en Pologne, en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche ou encore au Pays-Bas. Le Parlement Européen sera donc majoritairement de droite puisque le Parti Populaire Européen (PPE) détiendra 267 sièges contre seulement 159 sièges pour le Parti Socialiste Européen (PSE). Notons avant de faire la comparaison avec le Parlement Européen de 2004 que le nombre d’eurodéputés s’est réduit cette année puisqu’ils ne seront plus « que » 736 contre 785 en 2004. En 2005, le PPE devançait déjà le PSE grâce à 288 sièges contre 217 pour le PSE.


Si la campagne pour les élections européennes n’avait pas soulevé les foules, les résultats obtenus hier soir par le Parti Socialiste, le Modem, l’UMP ou encore Europe-Ecologie auront au moins eu un impact majeur, celui de bousculer la classe politique française et c’est tant mieux !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bande-annonce du film, publicité, invitation... C'est vous qui décidez ! BlogBang